lundi 3 avril 2017

*Apprendre à danser sous la pluie.....



Livre, Historiquement, Vieux Livre


"La vie, ce n'est pas attendre 
que l'orage passe, c'est d'apprendre
à danser sous la pluie".

Sénèque

*****

Prologue :

Marseille 2016 - A côté de chez moi, à Marseille, les cloches de la basilique St Victor viennent de sonner.
Au premier tintement, j'ai été jeté dans le monde d'aujourd'hui, comme si je tombais de la terrasse d'un gratte-ciel, alors que, depuis mon lever, à quatre heures du matin, je vivais en plein XIIIème siècle, au temps de l'amour courtois, dans un royaume envahi par les porcs qui parfois, mangeaient les enfants et que l'on jugeait ensuite en grande pompe avant de les exécuter en place publique.

Même si je suis en train d'écrire un roman, je me considère comme un peintre, je raconte la toile comme elle se compose sous mes yeux. En ce moment Typhaine, mon héroïne, s'exclaffe en interprétrant une chanson de troubadour et je me demande, comment elle peut rire après tout ce qu'elle a vécu, les croisades, le froid, les défaites, la prison. Elle a bien de la chance : les personnes de ce genre meurent toujours vivantes, vieilles et vivantes. 

Château, Ruine, Moyen Âge, Hohentwiel

Belle d'Amour.
Franz-Olivier Giesbert 
Gallimard

*****

Une bonne semaine
à toutes
et tous.

Je vous embrasse.


Den


*****

11 commentaires:

  1. Bonjour Den, merci pour tes mots qui sont venus m'apporter sourire alors que c'était à moi de venir te donner un peu de soleil, avec la perte de ta chère maman. Mes occupations présentes me happent tout mon oxygène et ne me permettent pas de sillonner les blogs amies , j'en suis désolé et en reconnaissance pour tes mots gentils, je t'offre ce petit poème grapillé dans le silence de mes nuits, avec toute ma reconnaissance:
    Le ciel grille de farniente
    Le soleil somnole et a le cafard
    Le silence grignote des ombres fraiches
    Mon âme me glisse des doigts
    Comme une anguille alarmée
    Elle patauge et me griffonne
    Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Oups, ce n'était pas ce petit poème qui sent la grisaille que je devais t'envoyer mais celui-ci:
    Il est trop tard pour être pessimiste
    Les œillets rouges fleurissent déjà à l’horizon
    Le printemps ne laisse sa place
    A la grisaille ni à l’amertume
    Il pleut des orangeades tressées
    Dans mon amour platonique
    Je rêve d’un monde batifolant
    Semé de lisérés pour les oiseaux
    Je suis un papillon bleuté
    Je butine et je m’envole
    Il pleut des galets sur ma route

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien de grave, bizak, en ce qui me concerne, même si parfois il convient de relire deux fois ce que l'on a crû deviner... "elle a bien de la chance" (Typhaine), écrit Franz-Olivier Giesbert..."les personnes de ce genre meurent toujours vivantes, vieilles, et vivantes"...Je ne savais pas que l'on pouvait mourir autrement ! (lol !)... de ce genre, d'un autre, ou d'un autre... quoi qu'il en soit, je suis heureuse de te retrouver dans mes allées, avec ta poésie habituelle et ton humour, ce qui ne gâche rien...
      Heureux qui comme bizak dit avoir dans le silence de ses nuits "un ciel qui grille de farniente" ! quelle chance après ces jours de pluie en lourds rideaux et de repos forcé. Le sOleil va s'endormir cette fois encoeur, et cafarder peut-être. Il est trop tard pour regretter... dommage, mais sa lumière éclairera le gris des plats pays... mais je l'aime ton premier poème, comme j'aime le deuxième, plus coloré, avec son sOleil or-angé, dans le monde qui aimerait bien ici aussi, galéjer, pignocher, s'élancer le coeur léger, comme les oiseaux dans le si-aile tracent leur chemin dé-cagé.
      Merci Âmi! je reçois tes mots en broderie bottelée qui expriment ta re-connaissance attachée en aile-aussi.
      j'ai eu grand plaisir à t'élire.
      Amitiés.
      Den

      Supprimer
  3. Bonjour chère Den, j'aime beaucoup les mots de Sénèque et merci pour ce magnifique billet.
    Que ta journée soit douce et harmonieuse sous le soleil de ta Provence.
    Mes bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma chère Denise pour tes mots bienveillants...
      douce soirée à toi en harmonie comme tu aimeras.
      Bisous rendus.
      Den

      Supprimer
  4. Coucou. "mourir vieux et vivant". Quelle belle vision de la vie. C'est un très beau billet que tu as concocté aujourd'hui. Même si les chagrins parsèment notre chemin de vie, il y a toujours une fleur qui surgit sur le sentier, un animal doux qui nous regarde et des mains amies qui se tendent vers nous. Et danser sous la pluie, c'est sympa (à condition d'être bien couvert!). Merci et belle semaine à toi sous ton généreux soleil de Provence, comme toi. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
  5. ....Même quand des chagrins se répandent sur nos chemins, sur nos routes, Dédé, il y a toujours quelque part un signe, aussi infime soit-il, qui permet de sourire encor', de chanter et même de danser sous la pluie, avec un bon ciré évidemment, et des bottes en caoutchouc peintes de couleurs vives pour éviter de glisser sur le sol hume-vite... mais "mourir vieux et vivant", ça alors, il fallait l'écrire.... MERCI d'avoir aimé mon billet peaufiné hier pour au jour d'hui ... une belle semaine pour toi, en retour, je te souhaite.... une lumière vive a inondé de Soleil ce lundi, nos champs sous le ciel bleu, et nos paysages derrière la vitre , et d'ici je te transmets cette belle grappe de glycine mauve - petites drupes charnues sans noyau - déposée dans l'écrin à photos, de la couleur de mon âme...
    Un plein de bisous rendus.
    Den

    RépondreSupprimer
  6. Et oui, c'est un beau projet que de prévoir de mourir très très vieux en bonne santé.... Belle réflexion !
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'en diras tant !.... merci Bonheur du Jour.
      Vaste programme.
      Douce soirée à toi.
      Den

      Supprimer
  7. Quelle sagesse ... J'aime ce mot de Sénèque, tellement éclairant !

    Oui, apprendre à danser sous la pluie, Dieu seul sait comme cela me fait du bien ! ( pas des heures évidemment l'humidité entretient mes rhumes chroniques ;) mais le temps d'une danse, le temps de remercier, de lever les yeux au ciel, de voir comme le monde est beau ... !

    La pluie fait sentir la vie !
    Les douleurs grises font lever des soleils plus beaux !

    Quand on a souffert, on apprécie mieux tout ... On relativise et on veut vivre et espérer encore ...

    RépondreSupprimer
  8. Sénèque le moraliste écrit avec simplicité la pluie qui rafraîchit, mais pas que... lave et permet de danser en ouvrant son regard vers le ciel... sans attendre que l'orage passe.
    Merci pour tes mots bienfaisants, éclairants.
    Je t'embrasse très fort.
    Un doux week-end je te souhaite.
    Den

    RépondreSupprimer

Par Den :
Ecrire un commentaire :
Liens vers ce message :
Créer un lien :