mardi 18 avril 2017

*Dans la forêt............




Route, Sun, Rayons, Chemin D'Accès


"C'est étrange, d'écrire ces premiers mots, comme si je me penchais par-dessus le silence moisi d'un puits, et que je voyais mon visage apparaître à la surface de l'eau - tout petit et se présentant sous un angle si inhabituel que je suis surprise de constater qu'il s'agit de mon reflet. Après tout ce temps, un stylo a quelque chose de raide et d'encombrant dans ma main. Et je dois avouer que ce cahier, avec ces pages blanches pareilles à une immense étendue vierge, m'apparaît presque plus comme une menace que comme un cadeau - car que pourrais-je y relater dont le souvenir ne sera pas douloureux ?
Tu pourrais écrire sur maintenant, a dit Eva, sur l'époque actuelle. J'étais tellement persuadée ce matin que le cahier me servirait à étudier que j'ai dû faire l'effort pour ne pas me moquer de sa suggestion.
Mais je me rends compte à présent qu'elle a peut-être raison. 
Tous les sujets auxquels je pense - de l'économie à la météorologie, de l'anatomie à la géographie et à l'histoire - semblent tourner en rond et me ramener inévitablement   à maintenant, à ici et aujourd'hui.
Aujourd'hui, c'est Noël. Je ne peux pas l'éviter. Nous avons barré les jours sur le calendrier bien trop consciencieusement pour confondre les dates, même si nous aurions aimé nous tromper.
Aujourd'hui, c'est le jour de Noël, et le jour de Noël est une nouvelle année à passer, une nouvelle journée à endurer afin qu'un jour, bientôt, cette époque soit derrière nous.
A Noël prochain, tout ceci sera terminé, et ma soeur et moi aurons retrouvé les vies que nous sommes censées vivre. L'électricité sera rétablie, les téléphones fonctionneront. Des avions survoleront à nouveau notre clairière. En ville, il y aura à manger dans les magasins et de l'essence dans les stations-service. Bien avant Noël prochain, nous nous serons permis tout ce qui nous manque maintenant et dont nous avons terriblement envie - du savon et du shampoing, du papier toilette et du lait, des fruits et de la viande.
Mon ordinateur marchera, le lecteur CD d'Eva tournera. Nous écouterons la radio, lirons le journal, consulterons Internet. Les banques et les écoles et les bibliothèques auront rouvert, et Eva et moi aurons quitté cette maison où nous vivons en ce moment comme des orphelines qui ont fait naufrage. Ma soeur dansera avec le corps de ballet de San Francisco, j'aurai fini mon 1er semestre à Harvard, et ce jour humide et sombre que le calendrier persiste à appeler Noël sera passé depuis très, très longtemps"...(...)

Dans la forêt
Titre original "Into the forest"

Jean Hegland

Editions Gallemeister, 2017
pour la traduction française


*****


C'est un livre que j'ai découvert chez "Bonheur du Jour"
et à mon tour j'avais envie de vous faire  découvrir la lecture de ses quelques premières pages....
et pourquoi pas,  aller plus loin encor'....

Merci  Marie.

Den

****


17 commentaires:

  1. Je me suis demandée en commençant la lecture si j'avais la berlue. Mais non. Il parle bien de Noël alors que nous sortons de Pâques. Un pur moment de plaisir que ce bout de lecture qui me donne envie de me plonger dans cette histoire qui laisse présager de quelque chose de terrible. Merci Den et joyeux Noël. Ah non pardon. 😊 bises

    RépondreSupprimer
  2. Un grand merci chère Den de ce magnifique partage. Cet extrait de texte donne envie de lire le livre.
    Je te souhaite un bel après-midi avec toute mon amitié.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
  3. Je ressens un air d'angoisse dans ce texte, si je trouve cet ouvrage je le prendrai mais dans notre petite médiathèque je suis souvent déçue de ne pas trouver ce que j'ai noté....
    Merci Den...
    Bisous du jour

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Dédé, Denise, Marine.

    Les temps changent et le temps s'est arrêté ici. Les parents disparus, au coeur de la forêt qui génère peur et fascination à la fois, les deux jeunes héroïnes, deux soeurs âgées de 17 et 18 ans, Eva et Nell, devront apprendre à vivre autrement, grandir autrement, à apprivoiser la solitude, dans leur maison remplie de souvenirs et de rêves. L'une danse, l'autre lit.
    Ce roman réaliste et simple reprend le vécu de Nell à travers son journal.
    Dès le départ mystérieux, ce livre déroute, évoque peu, ce qui donne envie d'en savoir davantage, avec une angoisse sous-jacente qui se devine et se ressent entre les pages.
    Ce livre intime, percutant, magnifiquement rédigé a été écrit il y a plus de vingt ans demeure d'une actualité étonnante. Il se raconte presque et se susurre dans un murmure soufflé. Peu banal, il est un guide de survie et de partage.
    A dévorer vraiment. Il parle de dépouillement, de violence et de lâcher-prise.
    Ce roman clairvoyant est sorti en 1996 aux Etats-Unis et a remporté un grand succès, a été adapté en 2015 au cinéma par une réalisatrice canadienne.
    Son auteure est âgée de 60 ans, mariée et mère de trois enfants.
    Elle était à Aix-en-Provence en Février dernier pour signer son premier roman, arrivé et reconnu bien plus tard chez nous...

    Bonne journée à vous.
    Je vous embrasse.

    Den

    RépondreSupprimer
  5. J'aime la photo que tu as choisie pour adoucir le texte empreint d'une certaine nostalgie. Mais peut-être est-ce la mienne ce matin ?
    Je me sens comme convalescente quand je reviens d'un beau voyage. Il me faut un temps de réadaptation... ^^
    Bisous chère Den
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Célestine, c'est pour cela que j'ai choisi cette photo sur le web car je souhaitais, comme tu le dis si bien, rendre plus douce cette ambiance un peu oppressante, dont on ne connait pas vraiment l'origine, qui sera révélée au fur et à mesure de la lecture de ce roman.. sur ce flou savamment embrumé, nostalgique au départ, pas vraiment, mais dans une certaine ignorance pour cet avant, quel était-il ?, et sur ce maintenant, ici et aujourd'hui qu'il reste à découvrir !
      Je comprends le temps qu'il te faut pour atterrir après ta belle envolée en haut des sables d'or au bout des mers et des océans....
      Demeure encore un peu là-haut, et reviens-nous quand tu veux, tu peux !!
      bisous Célestine.
      Den

      Supprimer
  6. Les livres, un livre, compagnons de toujours que nous avons envie de partager.
    Belle journée, Den !

    RépondreSupprimer
  7. Oui Fifi, lire, c'est vivre en développant son imagination, en créant, s'évadant du quotidien, en l'enrichissant dans un monde qui nous appartient, mais qui se partage....

    "J'éprouve une passion irrésistible pour les livres et un besoin constant de cultiver mon esprit, d'étudier, qui m'est aussi vital que le pain".
    Lettres de Vincent à son frère Théo (1872-1890)
    de Vincent Van Gogh

    RépondreSupprimer
  8. Dès le début de la lecture, j'avais pensé que c'était toi qui narrait un moment de ta vie. Au fur et à mesure que se déroulait la narration, je me disais que Den doit avoir une sacrée imagination pour décrire un monde sans téléphone, sans internet , sans électricité et puis subitement je me disais: Y aurait-il pas ces jours derniers quelques événements ( tempête, incendie, cyclone) dans ta chère Provence, dont je n'étais pas informé ? Mais finalement tout était rentré dans l'ordre en arrivant :"Ma sœur dansera avec le corps de ballet de San Francisco...etc" et j'ai pu retrouvé mon souffle, Chère Den en te disant merci pour cette lecture qui m'a finalement séduit et que tu es toujours une belle lectrice assidue des belles oeuvres dont je te remercie pour la découverte de cet écrivain qui m'est inconnu: Jean Hegland.
    Mes bises et bon week end Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'as fait rire bizak, en lisant ton commentaire.... tempête, incendie, cyclone en Provence, non, pas que je sache ! tu as retrouvé ta respiration, et j'en suis heureuse... trêve de plaisanterie ... j'ai aimé les mots de cette auteure découverte chez "Au Bonheur du Jour".. comme je l'indiquais en réponse à Dédé, Denise et Marine, ce livre est sorti en 1996, a eu un grand succès, et en France, il y a peu de temps.... une belle découverte, oui....
      D'autres extraits suivront pour celles et ceux qui n'auront pas le livre....
      Bises rendues cher bizak, et bon week-end à toi.
      Les résultats des élections occuperont en grande partie la soirée.
      Mais cet après-midi, une longue balade à travers la pinède de ma Provence est prévue, en famille. Il faut profiter des instants que l'on peut partager, sous une température très agréable - pas encore caniculaire -.
      Den

      Supprimer
  9. Oh, mais je vous avais laissé un commentaire l'autre jour, et je ne le vois pas.... Je vous disais combien j'étais heureuse de vous avoir fait découvrir ce livre.
    Passez un bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non j'étais étonnée que vous ne me répondiez pas.... je n'ai pas eu votre premier commentaire... ce n'est pas grave, ne vous inquiétez pas, j'ai celui-ci et vous en remercie.... très très heureuse d'avoir découvert cette écriture chez vous... un bon dimanche à vous aussi..
      A bientôt dans d'autres allées, et chez vous, et chez moi, ou ailleurs, bien sûr.
      Den

      Supprimer
  10. Merci pour ces précisions Den, je suis revenue pou te souhaiter une très belle journée
    Que les jours prochains ne soient pas trop empreints de turbulences...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Marine, ... doux dimanche à toi aussi... ensOleillé...
      OUI, ça se calme.... par contre la Minette s'est fait la malle, et ne souhaite pas revenir au bercail... elle a rencontré de jolis chat et fêtent ensemble le printemps, le beau temps...!!!
      bisou.
      Den

      Supprimer
    2. de jolis chats ! pardon.

      Supprimer
  11. L'une écrit l'autre danse, deux âmes d'artiste errant entre les murs d'une maison que j'imagine perdue dans la forêt, une sorte de vieille cabane trouvée, peut-être près d'un vieux puits, où il n'y a rien ....(enfin, je parle de ce "rien matériel", si riche de valeurs invisibles, mais sans doute ne le savent-elles pas encore !).

    Ce début de récit me fait penser à des lendemains de guerre, de bombardements ..........

    Une reconstruction totale, gigantesque, surréaliste, presque embryonnaire, attend ces deux soeurs sur le chemin ...
    Elles vont apprendre les mots "dépouillement" "renaissance" dans leur sens le plus entier et le plus hors norme ...
    Ce récit doit prendre aux tripes à travers le moindre silence, le moindre murmure !

    Je retiens ce livre. Pourrais-tu juste me dire, Den, combien de pages il contient. Car, s'il n'a pas été déjà pris par un autre donneur (ou donneuse) de voix, j'aimerais le proposer en lecture.

    Merci pour ce fabuleux trésor, ainsi passé de mains en maints !

    Je t'envoie plein de bisous châle-heureux, quelques lueurs or des genêts qui colorent notre jardin, et tous les regards éblouis des oiseaux vers ce palais végétal ............ : Sabine.


    RépondreSupprimer
  12. Ce livre est pour moi une révélation. J'aime beaucoup l'écriture de Jean Hegland, qui, contrairement à ce que l'on pourrait penser, est une femme. Ce roman comporte 304 pages, Sabine,... oui c'est une bonne idée de donner ta voix en lecture et en partage .... c'est un livre qui peut se raconter avec les yeux, ou avec la voix, la tienne, qui sait si bien narrer, dire, murmurer...

    merci pour tes bisous, l'or des genêts que je reçois volontiers et colore mon ciel aujourd'hui pluvieux, avec en plus le cri joyeux des oiseaux voletant autour de ton jardin odoriférant...

    Doux après-midi.

    Je t'en brasse fleurie aussi.

    Den

    RépondreSupprimer

Par Den :
Ecrire un commentaire :
Liens vers ce message :
Créer un lien :