samedi 11 novembre 2017

*Et-vie-danse !




Andrée CHEDID
Evidences du Chant

Chanter, Choeur, La Musique, Singer


Chante
cette
Bouche-de-nous
Semant parole
Dans la poussière des mots
Chante
cet Œil-de-nous
Qui se grave dans l'instant
Ou qui distance les jours
Chante
ce
Corps-de-nous
Tissé d'atomes et de mystère
Mis en branle par quelle foudre
Se hâtant vers quel repos?
Chante
les chants rebelles
Chante
le chant de paix
Chante le
Chant de qui veut entendre.


******

Je vous souhaite un doux   week-end les Âmi(e)s,

et vous embrasse, en ce jour de retour à la paix,  qui rend hommage à tous les combattants morts pour la France.

Den



******











16 commentaires:

  1. Merci Den, pour ce beau poème, et aussi pour ton écoute bienveillante l'autre jour, où j'ai eu conscience que je t'avais fait perdre un peu de ton précieux temps.
    Je t'embrasse affectueusement
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! non Célestine, parler avec toi n'est pas une perte de temps... j'aurais bien aimé en vrai, mais je n'étais pas disponible... la prochaine fois, très volontiers... avertis-moi un peu avant on ira boire un bon café !
      moi aussi je t'en brasse encoeur embrumé de sOleil.
      Den

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup Andrée Chedid et sa poésie et j'aime ce texte, merci Den et aussi pour ton commentaire sur le Voyage, que l'on fait dans sa tête et dans son coeur...
    Je t'embrasse, bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Marine, Andrée CHEDID est une grande poétesse au "souffle qui s'infiltre dans l'étoffe des âmes" dans une perfection parfaite des choses les plus simples, les plus communes.
      Elle embrasse la poésie entre sables et étincelles, entre l'impalpable et le brûlant dans une mouvance qui s' interroge, en quête perpétuelle de cet autre qui se trouve au fond de chacun d'entre nous, qui cherche. Dans cette quête de soi-même et des autres, où perle une lueur infime, dans l'attention et dans l'éveil.

      Ici elle célèbre le chant par les mots et les silences qui parlent, ou questionnent.


      Merci pour ta fidélité dans mes allées.
      Bon dimanche après-midi.
      Je t'embrasse aussi.
      Den

      Supprimer
  3. Tout beau, magnifique!!! Bisou, bon dimanche tout en douceur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout-chant !
      Merci Maria-Lina.
      Bon après-midi.
      Den

      Supprimer
  4. Merci pour ce beau billet en honneur de la paix !
    Belle semaine, Den !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ....."Et de l'union des libertés dans la fraternité des peuples naîtra la sympathie des âmes, germe de cet immense avenir où commencera pour le genre humain la vie universelle et que l'on appellera la paix"..... Victor Hugo
      merci Fifi.
      Douce semaine à toi.
      Den

      Supprimer
  5. Merci Den pour ce billet plein d'espoir. Ne jamais oublier de chanter le chant de la paix. Mille bises alpines pleine de neige.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Dédé pour ta fidélité dans mes allées, ton commentaire. :

      ....oui "L'espoir est comme le ciel des nuits, il n'est pas de coin si sombre où l'œil qui s'obstine ne finisse par découvrir une étoile".

      Citation de Octave Feuillet ; Onesta (1882)

      Douce journée à toi.
      Bises de mon midi gelé ce mât-teint : 2°... c'est froid pour nous les provençaux !

      Den

      ***

      Supprimer
  6. Bonjour chère Den, un grand merci pour le merveilleux poème d'Andrée Chedid. Une poétesse dont j'aime lire ses mots.
    Je te souhaite une douce soirée avec toute mon amitié.
    Gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma chère Denise.
      Douce journée à toi.
      Den

      Supprimer
  7. Chante le bonheur de te connaitre, chère Den. Je t'en brasse des chants à tire-larigo. Bisous Den, poétesse aux mots cadencés et toujours volants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "O Tityre, tandis qu'à l'aise sous le hêtre,
      Tu cherches sur ta flûte un petit air champêtre,
      Nous, nous abandonnons le doux terroir natal,
      Nous fuyons la patrie, et toi, tranquille à l'ombre,
      Tu fais chanter au bois le nom d'Amaryllis".

      Virgile Les Bucoliques, I, 1 de Virgile

      Merci Bizak de te retrouver ici. Merci.
      Douce journée.
      Den

      Supprimer

Par Den :
Ecrire un commentaire :
Liens vers ce message :
Créer un lien :