vendredi 30 novembre 2012

*"Je suis devenu aveugle par accident, alors que je n'avais pas tout à fait huit ans."

"Je suis devenu aveugle par accident, alors que je n'avais pas tout à fait huit ans. Complètement aveugle, et définitivement.

Au moins selon les définitions et le dictionnaire de ceux qui ne sont pas aveugles. Car pour moi, il en allait tout autrement.

Je voyais encore.

L'opération ne se produisait plus par l'intermédiaire de mes yeux, cela est vrai. Mais elle se produisait.

Elle avait lieu au dedans de moi, dans un espace intérieur qu'il est difficile de circonscrire, mais, après tout, 
 ni plus ou moins que l'espace extérieur. 

J'insiste.

Toute chose qui venait à ma rencontre  était aussitôt vue, vue et non touchée ou entendue. Elle se dessinait,
prenait forme et couleur sur un écran interne.

Et cela, sans que je fisse rien, pour déclencher le phénomène.

 Au reste, comment aurais-je fait quoi que ce fût, moi qui n'avais encore que huit ans. (...)

J'ai constaté bien souvent que la peur d'un homme, sa colère ou sa tristesse  me sont déjà visibles, alors qu'elles n'ont pas encore paru au niveau de son corps. 

Je ne suis pas plus malin que les autres.

Je n'ai rien à deviner.

Je vois.  Je vois dans les formes du corps, un démembrement....

qui se met en route. Des morceaux entiers de chair, brusquement, reculent, s'affaissent,   ou vibrent de façon dissonante.  

Les couleurs elles-mêmes tournent au rouge, au brun-rouge, elles crient.    

Je me détourne.

La colère a commencé visuellement (pour moi), mais sur le visage, dans les gestes, tels que les yeux physiques, les perçoivent,    la sérénité règne encore.

Tout dépend de l'attention. (...) 

Les vrais yeux travaillent en dedans de nous.

Tant pis sur le vocabulaire fait défaut, s'il est faible.

Voir, c'est un acte fondamental de la vie, un acte indéchirable, indestructible, indépendant des outils physiques dont il se sert.

Voir, c'est un mouvement que la vie fait en nous, avant les objets, avant toute détermination extérieure. Avant les objets, et après eux si, par accident, les  instruments matériels   de la rencontre viennent à manquer.

C'est au dedans de vous que vous voyez.

Si la lumière intérieure ne nous était pas donnée d'abord, et par conséquent les couleurs aussi,  les couleurs qui sont la monnaie de la lumière, jamais nous ne pourrions admirer  les couleurs du monde.

Voilà ce que je sais après vingt-cinq ans de cécité".

Jacques Lusseyran
Le monde commence aujourd'hui.



(Réf. : Sur les épaules de Darwin - France Inter - par Jean-Claude Ameisen)
émission du 10 Novembre 2012

"le lien qui nous rattache aux autres (2)"


  
***





7 commentaires:


  1. je viens te souhaiter un bien beau week-end en ce premier dimanche de l'Avent où le chemin s'ouvre vers la lumière de Noël

    je t'embrasse

    Elisanne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, chère Elisanne,... c'est le temps de l'Avent... aujourd'hui a entrebâillé la première fenêtre de son calendrier... ; demain son dimanche ouvrira le chemin vers les lumières de Noël..
      Je te souhaite moi aussi un très beau week-end...
      Je t'embrasse très fort

      Den

      Supprimer
  2. Un très beau texte qui prépare merveilleusement à l' avénement de la lumière de Noël...:-))
    Belle semaine à toi
    Bises en larmes de la pluie d' aujourd' hui

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bises rendues ce soir, chère Mathilde.
      Un très beau texte qui éclaire le chemin qui mène jusqu'aux portes de Noël.

      Supprimer
  3. je vais te faire une confidence, j'ai longtemps souhaité être aveugle ( sans le dire, sauf à moi-même dans mon for intérieur ), oui, ça peut paraître étrange, mais pour deux raisons, la première est égoïste au fond, pour ne plus voir tout ce qui me faisait mal autour de moi, et la seconde eh bien pour me concentrer sur l'essentiel qu'on ne voit bien qu'au dedans ...
    Ces mots me touchent et me rattachent ... Merci Den pour le partage

    Je te vois de loin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La perte de la vue empêche-t-elle de voir ce qui fait mal ?
      je n'en suis pas sûre... par contre je pense qu'elle doit permettre une concentration plus intense sur l'essentiel qui ne se voit bien qu'avec les yeux de l'intérieur...
      "les vrais yeux travaillent en dedans de nous"
      "c'est au dedans de vous que vous voyez"
      bisous partagés Veronica.
      Moi aussi je te vois de loin !

      Supprimer
  4. Sublimement émouvant et ....mouvant !!!

    Encore MERCI pour toutes ces choses, chez toi, qui me nourrissent l'âme encore et encore ...........Sabine.

    RépondreSupprimer

Par Den :
Ecrire un commentaire :
Liens vers ce message :
Créer un lien :