dimanche 22 janvier 2023

*s'émerveiller

S'émerveiller

 

 J'ai découvert Belinda Cannone chez Brigitte des Plumes d'Anges, auteure que je ne connaissais pas.

Il y a tant à découvrir chez notre Âmie des mots, Plume .... que je me permets d'emprunter cette belle "présence au monde" si finement analysée par elle-même.

 Eloge à la douceur, à la lenteur, à l'aptitude, à la simplicité.

Un trésor ici et maintenant, au présent présent. "le temps pur" c'est ainsi qu'elle le nomme, à  portée de main.

Une poésie qui émerveille ; un essai passionnant.

Un ouvrage si précieux.

Une qualité d'écriture, une auteure pertinente

 qui prend le temps d'ouvrir son regard sur les beautés qui l'entourent.

 

 EBLOUISSANTE Belinda Cannone.

 

Merci Brigitte.

 ************

 

 

   

"Octobre se montrant clément, j’en profitais pour faire quelques promenades lentes dans les parages de ma maison des champs, le long des plages désertes et dans les chemins creux. J’étais comme toujours émerveillée par les objets et les paysages simples qui m’entouraient, sentant que, dans les années à venir, atteindre la concentration indispensable pour vivre plus continûment dans un état de vigilance poétique serait ma grande affaire, car seules cette concentration et cette vigilance permettent de ressentir pleinement la puissance de l’existence, des lieux et de la joie. Comme j’ai toujours uni les idées vécues et les idées pensées, je décidai d’écrire un essai où j’explorerais ce travail intérieur qui permet de se faire voyant, c’est-à-dire d’ouvrir assez les yeux sur le monde pour en percevoir toute la beauté.

Tandis que S’émerveiller commençait à prendre forme, les événements affreux de 2015 me persuadèrent que ce livre était d’autant plus nécessaire que nous étions soudain menacés d’enténèbrement. C’est alors que l’ARDI me proposa une collaboration tout à fait libre qui valoriserait les photos de leur vaste collection. Bienheureuse coïncidence : un des sentiments qui poussent le photographe à appuyer sur le déclencheur de son appareil n’est-il pas l’émerveillement ? Voici le livre tel que notre rencontre l’a enrichi.

 

Le pur présent

L’autre fois (l’automne) je notais : Ce matin, je contemple mon chêne, cette torche de temps pur qui se dresse à deux ou trois cents mètres devant la fenêtre du bureau, dans ma maison des champs, la vision est d’autant plus nette que l’herbe à son pied est rase, ultime fenaison faite, et le soleil dissipe lentement la couverture de nuages légers. À mon lever, la brume de chaleur (un si doux septembre) le dissimulait tout à fait. Tandis que l’arbre émergeait – le détail de sa ramure devenant de plus en plus net, la haie d’arbres du fond perdant son indistinction ombreuse –, j’observais, de l’autre côté du carreau, deux merles cherchant leur nourriture, et je me suis sentie émerveillée, par la beauté du chêne, du champ, des oiseaux noirs, par le silence ouaté et la solitude.

Ce chêne, encadré par la fenêtre (je l’appelle mon chêne, bien qu’il ne m’appartienne pas), provoque souvent mon émerveillement. S’il est assez parfait (sa ramure arrondie, son tronc bien droit, sa taille vénérable), il a pourtant, dans les campagnes, des semblables par milliers. Mais sa position isolée dans un vaste champ, outre qu’elle lui confère une sorte de majesté, le désigne à mon attention qui lui fait rendre sa dimension merveilleuse : la beauté secrète du chêne apparaît sous mon regard assidu.

Depuis que j’ai acquis un téléphone qui me le permet, je photographie le chêne chaque fois que se produit une variation (oiseau, renard, lumière, nuages, ombre). Si elle en vaut la peine, j’envoie la photo à des destinataires choisis selon mon cœur. Car l’émerveillement, rarement silencieux, aime à se dire, comme s’il s’agissait de remplir l’écart entre le spectacle et mon œil, ou parce que, animaux bavards, nous réagissons toujours ainsi à la commotion de la joie – par un faire-part.

 

Le sentiment que j’aimerais ici décrire n’est qu’un aspect du vaste espace couvert par la notion d’émerveillement. Je pourrais le dire modeste, non parce qu’il manquerait de puissance mais parce que les objets susceptibles de l’éveiller le sont souvent. De même que le chêne que je contemple n’est qu’un arbre, l’être que j’aime n’est qu’un homme : rien de grandiose en eux mais dans mon regard, sous mon attention, ils sont l’aimé et mon chêne. Pour quelqu’un d’autre, tel jeu de lumière sur un mur en face de sa fenêtre, les variations du couchant sur un bâtiment, le chant des oiseaux juste avant la nuit – que sais-je ? –, pour quelqu’un d’autre l’émerveillement pourra être provoqué par un spectacle, des sons ou des êtres différents de ceux qui me touchent, mais il sera voisin de celui que je veux saisir s’il est lié à un objet simple, de ceux que nous croisons chaque jour sans toujours être capables d’en percevoir la beauté.

Car s’émerveiller résulte d’un mouvement intime, d’une disposition intérieure par lesquels le paysage à ma fenêtre ou l’homme devant moi deviennent des événements. L’événement survient au présent pur, dans une épiphanie. Alors je ne me projette plus dans un avenir rêvé, ni ne m’abandonne, mélancolique, à la contemplation du chimérique passé : je suis entièrement requise ici et maintenant. Savoir se rendre disponible à ces événements qui émerveillent est une voie vers le bonheur, dans la mesure où la vie heureuse est celle vécue au présent. Mais parce que nous en sommes la plupart du temps incapables, submergés par les projets, les anticipations, les choses à faire, nous devons plus d’une fois admettre, comme Pascal (quoique d’une autre manière) : « Nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre. » Vivre (intensément) exige de se tenir dans le présent pur, et rien n’est moins aisé. Je le puise dans la joie de la danse, de l’étreinte, du rire et de la contemplation. Le reste du temps, je vis légèrement en avant de moi-même, ce qui exclut l’émerveillement.

(Sur une porte cochère, cette phrase au pochoir, notée par un grand sage : J’ai oublié le futur.)

Souvent, parce que je suis trop affectée par des tracas divers, par des activités contraignantes ou par mon incessante projection vers l’au-delà de l’instant, le spectacle qui aurait pu m’enchanter n’advient pas. Je sais pourtant, de ce savoir intuitif, avant toute élaboration, je sais l’émerveillement d’être de ce monde mais je ne l’éprouve pas. S’émerveiller est un mouvement vers l’extérieur, une saisie du monde qui se produit dans un mi-chemin entre les choses et mon regard sur elles. Et si mon œil est mal disposé, je reste triste et enfermée en moi-même.

Dans Le Don du passeur, j’ai raconté comment, dans mon enfance, mon père n’avait cessé d’attirer mon attention sur la beauté de l’univers. « Regarde ! Regarde ! », cette invitation qui monte aux lèvres devant le spectacle émerveillant, je crois qu’elle était continûment sienne – au cœur de ce qu’il considérait comme son devoir de pédagogue. C’est ainsi qu’il m’a appris la vigilance, que je tiens pour la définition même de l’attitude poétique : une attention aiguë au réel. En ce sens la poésie est un état, inconstant, toujours désirable.

J’aimerais ici évoquer cet état intérieur propice à la saisie émerveillée du monde. Celle-ci n’est pas liée au caractère exceptionnel du spectacle que nous contemplons : c’est notre vigilance poétique, notre concentration, qui peut rendre « spectaculaire » (visible) un objet intrinsèquement humble. Je m’intéresse à cet état parce qu’il relève d’une sagesse – d’un savoir-vivre à conquérir contre l’agitation de nos jours......"(......)
 
Belinda Cannone
S'émerveiller
Stock
 
 

5 commentaires:

  1. Merci Den …pour cette découverte et de Belinda .. les extrais que tu nous offrent me ravissent .. Je vais le chercher c’est sur … Belle journée à toi .. Bisous

    RépondreSupprimer
  2. une auteure passionnante que j'apprécie beaucoup

    RépondreSupprimer
  3. S'émerveiller,cela fait parti des moments de la vie, même parfois fugitifs, qui nous illuminent l'âme, ce livre sait le dire !
    Bises Den

    RépondreSupprimer
  4. Ce livre est vraiment une merveille, s'émerveiller est une onde qui porte, qui soigne, et il y a chaque jour des centaines de cadeaux qui s'offrent à nos yeux et à notre cœur... Merci Belinda Cannone, merci à toi. brigitte

    RépondreSupprimer
  5. C'est un auteur que je connais et j'ai lu également la belle chronique de Plumes d'Anges. J'ai bien prévu de lire ce livre dès que possible. Il est noté et souligné.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer

Par Den :
Ecrire un commentaire :
Liens vers ce message :
Créer un lien :