mardi 29 janvier 2013

*Souvenirs d'enfance...


des objets racontent...

***

Souvenirs d'enfance
François Bertin
éditions Ouest-France





"Avec mes frères, on était tout petits..

Nos seules préoccupations étaient de savoir si le goûter était prêt et si les chats de grand-mère étaient tous rentrés...
On nous disait que ce n'était  pas poli de parler à table mais on nous laissait faire.
On avait tous un coquetier différent. On allait souvent chez Grand-Père et Grand-Mère pour les petites vacances et on pouvait inviter des copains pour jouer dans notre chambre le jeudi après-midi".








"On disait bonjour Madame, merci Monsieur.
On allait au catéchisme et chez Grand-Père fêter Noël et Nouvel An avec tous nos cousins et nos cousines.
On buvait du Vérigoud et du Pschitt, quelques fois, une boîte de Pam-pam, on mangeait des BN et des gaufrettes amusantes.... (...) chez le coiffeur on lisait Akim, Tartine, Pim Pam Poum et Big Jim...
On avait des oiseaux, une tortue et des chats".. 

"Je crois que ça devait ressembler à du   B O N H E U R !  "




"j'aime bien cette odeur, presque autant que l'odeur du garage à la maison. Une fois par mois, la dame qui fait le ménage passe la paille de fer sur le plancher de la salle à manger. C'est un gros tampon de fil de fer.. elle met le pied dessus et elle gratte le plancher. Après, elle prend les boîtes rondes que j'aime bien parce qu'elles sentent bon et avec un petit chiffon elle en met partout sur le bois en tournant.

La couleur orange, ça fait un peu comme la purée de carottes, mais surtout, il faut pas en manger. Papa est venu exprès de son bureau pour nous dire que c'est très dangereux d'y toucher. Pour le moment, on n'y touche pas"..









"Pour une coiffure impeccable....

papa et maman sont toujours très bien coiffés. Papa a beaucoup de cheveux. Il est coiffé en arrière et ses cheveux font comme des vagues très brillantes. Il met dessus une espèce de lotion de couleur bleue qui colle un peu.
Maman, c'est pareil. Elle va souvent chez le coiffeur et elle revient toujours avec un fichu très léger noué sur la tête. Maman porte toujours un chignon qui tient avec des épingles toutes ondulées en fer noir. Elle aussi, elle met du produit qui sent bon sur ses cheveux"..





"J'ai eu un calendrier qui sent bon...

Quand Maman est venue me chercher chez Monsieur Risset, notre coiffeur, au moment de payer, il lui a présenté une petite corbeille dans laquelle il y avait plein de petits calendriers qui sentaient drôlement bon le parfum. Monsieur Risset lui a demandé de choisir"....(...)

***


8 commentaires:

  1. Ouh... Je vais me l'offrir, ce bouquin là !
    Il s'ouvre sûrement comme une boîte à trésors...
    Votre billet m'a donné envie d'aller à la rencontre de son auteur
    et des ses pages...
    Une boîte pour y ranger les bon-points, un vieux moulin à café, la corbeille en plastique sur le bout de la table à la cantine...
    Entre ces objets chers à notre enfance et ses mots si goûteux,
    rejaillieront, tout chauds et précieux, les délices d'un ordinaire pas tant oublié que cela.
    Vos pauses, Den, font des desserts savoureux !
    Merci tout plein.
    Tout cordialement,
    Lydaine.

    RépondreSupprimer
  2. Lydaine,

    Un régal ce livre, n'est-ce pas ?
    bonne lecture sur ces heures d'autrefois, comme vous dites, pas si lointaines...
    Je vous embrasse de ma boîte à trésors !
    Den

    RépondreSupprimer
  3. Un très beau livre en effet qui fait bien fonctionner la machine à remonter le temps...
    J' ai encore des petits trésors de ce type , ils me font toujours frissonner l' âme ...le pouvoir des odeurs nous emporte si loin...:-))
    Bisous parfumés savon " bébé Cadum " rien que pour toi..!!

    RépondreSupprimer
  4. Merci Mathilde pour le savon parfumé.. !
    ... de ma boîte à trésors je ressortirai bientôt d'autres merveilles..
    bonne journée à toi.
    bisous au délicieux "bébé Cadum".
    Den

    RépondreSupprimer
  5. C 'est un plaisir de savourer les mots et de sentir les parfums de l'enfance qui dansent dans notre plumier et notre boîte à savons ...
    Je me talquerais bien après ça rien que pour retrouver l'eau blanche poudrée laiteuse sur les peaux des bébés cas d'homme, petits d'hommes oui qui deviendront grands un jour, si vite trop vite ...
    Maman, a toujours aimé usé de la laque, ma génération moins et moi pas en tout cas ...

    Il faut que je passe la cire d'abeille ! un de ces jours sur mes quelques meubles en bois rien que pour l'odeur, pour la rondeur de la boîte, le nid d'abeille qu'on imagine, les vieux planchers qu'il faut nourrir ...

    Bisous à la violette de chez nous !

    RépondreSupprimer
  6. C'est drôle comme on reste suspendu à ces parfums de l'enfance.. ceux-là en font partie... qu'ils soient de la salle de bain, de la cuisine, ou de la dépendance..
    et de l'autrefois à l'aujourd'hui ils continuent de valser, goûteux encore, et nous
    enveloppent de leurs délices...
    Maman a longtemps utilisé la violette...
    bon lustrage de tes meubles à la cire d'abeille. Je te comprends, j'aime bien, pour l'odeur surtout, le plaisir ..
    bisous Veronica, de ma boîte aux trésors

    RépondreSupprimer
  7. Réponses
    1. Il n'est pas toujours nécessaire de parler ou d'écrire pour se comprendre.. tous ces objets racontent de si belles histoires !
      ... bonne fête Veronica ; je ne crois pas me tromper !
      bisous
      Den

      Supprimer

Par Den :
Ecrire un commentaire :
Liens vers ce message :
Créer un lien :